Notre mémoire aux petits oignons

S’il en est une -de mémoire- qui délie facilement les langues et les papilles, c’est bien celle associée à la cuisine familiale. En deux coups de cuiller à pot nous vient en tête autant qu’à la bouche le nom d’un plat (qui est tout sauf plat) et cette manière unique qu’avait notre mère ou notre grand-mère de le préparer. Une évocation en convoquant une autre, nous nous laissons alors volontiers balloter en tous sens, en particulier les nôtres qui montrent une savoureuse propension à aiguillonner nos souvenirs.

Ce sont les odeurs et les saveurs de l’enfance, le tour de main, le grésillement de la graisse qui fond dans la casserole, les couleurs des fruits, des légumes, des torchons, le cahier de recettes écrit à la main et agrémenté de salissures opportunes, l’atmosphère de la pièce où l’on officie, l’effervescence bienveillante et joyeuse qui y règne, la rugosité de certains ustensiles, l’assurance et la justesse du geste, le goût des effluves, la diversité des accessoires et contenants en tous genres, l’intensité de l’instant, l’empreinte des senteurs de la soupe, des épices, de la confiture, le martèlement du fouet dans le saladier, etc. Sans oublier bien sûr le mot de la faim, tant attendu : c’est prêt, à table !

Anne Muxel dit : “Lorsqu’un gâteau se prépare, [la mémoire familiale] oeuvre à tous les niveaux, elle est dans les mains qui s’activent, elle pétrit des savoirs accumulés”. (1)

Mais la mémoire de la cuisine, c’est aussi -surtout!- des mots, des échanges, du partage, des rires, des connivences, de l’amour ! Dans l’intimité -toute relative- de la cuisine, la magie opère et les langues se délient. Le partage d’expériences culinaires entre les différentes générations invite souvent à la confidence. On aborde des sujets plus personnels, on évoque des souvenirs, on parle de ressentis. “La recette est un point d’entrée vers le récit, le récit vient se matérialiser dans la recette”. (2)

C’est ce que montrent si bien les films réalisés dans le cadre du Grandmas project, la cuisine en héritage, un projet autour de la transmission de recettes familiales.

Il s’agit d’une web-série collaborative qui invite des réalisateurs du monde entier à faire un film sur leur grand-mère en utilisant la transmission d’une recette pour questionner leur lien intergénérationnel et leur histoire familiale. On doit cette géniale initiative à Jonas Pariente qui regrettait de ne pas avoir pu, du vivant de ses grands-mères, les filmer dans leur cuisine. Pour réparer cette omission, il lance en 2016 une proposition pour partager et célébrer collectivement ce que nos grands-mères nous ont transmis à travers la cuisine, ce qu’il appelle « le plus délicieux patrimoine de l’humanité ». L’idée a fait son chemin, à tel point qu’aujourd’hui, on aborde la 3ème saison et que pas moins de 25 films, d’une dizaine de minutes chacun, sont disponibles en ligne, sur le site ou sur la chaîne YouTube.

On y rencontre des femmes lumineuses, solaires, taquines, espiègles, toujours attachantes, dont la générosité se mesure à la quantité de crème qu’elles mettent sur le gâteau ou à la diversité de légumes qui composent leur soupe…

Il y a Zaga, 85 ans, qui habite un appartement cossu, rempli de bibelots, de livres et de tableaux, qui parle de sa vie en Serbie, de ses deux maris -des hommes “bien”-, des années de disette où le prix de l’oeuf pouvait être multiplié par deux, juste le temps de faire la queue au marché… Elle avoue aussi à sa petite-fille qui est derrière la caméra, “préférer cuisiner seule”, mais précise : “avec toi, c’est pour la bonne cause, c’est pour t’apprendre quelque chose. Mais je ne cuisinerai pas en papotant avec une voisine.” (Moskva Torta
une recette de Zaga
, un film de Milla Turajlić, Serbie)

On a aussi Nona, une mamie “branchée” qui se déplace en trottinette, écoute du rap et parle en rougissant de son jeune copain du 1er étage. Elle raconte comment, à la faveur des années 68, elle s’est émancipée du carcan familial , elle qui “ne voulait surtout pas d’un mari comme son père”. Sa petite-fille dit d’elle en voix off : “Nona, elle a autant de facettes qu’il y a de légumes dans la minestra”. Et de fait, il y en a des légumes dans cette soupe préparée à 4 mains, qui sent bon le soleil et le sud, tout comme les mots en italien qui ponctuent le dialogue entre la petite-fille et sa grand-mère. (Minestra di Verdure, une recette de Nonna, un film de Lola Bessis, France – Italie)

En visionnant ces capsules, on mesure combien la cuisine a le don de rassembler. L’acte de transmission est toujours l’occasion de partager des anecdotes, de rire, de se taquiner et de parler du passé, en le reliant au temps présent, parfois même à l’avenir.

On en a un bel exemple avec le film d’Anissa qui, enceinte, s’adresse à son futur bébé en lui présentant la recette de la mahjouba, “transmise de génération et [qui] a réussi à arriver jusqu’à toi”. Cette fois, c’est la petite-fille qui est aux fourneaux tandis que Takia, la grand-mère d’origine algérienne, distille avec parcimonie ses conseils pour acquérir le bon geste. Et au travers les échanges, on sent la fierté de Takia de transmettre son savoir-faire et la tendresse qui lie les deux femmes. (Mahjouba, une recette de Takia, un film de Anissa Kaki, France – Algérie)

Sur le site de Grandmas project, on peut aussi accéder aux contributions de celles et ceux qui ne se sentaient pas prêts à faire un film. On a alors une photo et un texte qui célèbrent d’autres recettes et d’autres grands-mères.

A découvrir absolument. Personnellement, j’adore…

(1) Muxel, Anne. Individu et mémoire familiale, Paris, Nathan (Essais et recherches), 1996

(2) Dossier de presse de Grandmas Project

Archives familiales : un trésor pour l’Histoire

Photos, objets, lettres soigneusement choisies… Les archives familiales « ordinaires » en disent long sur l’histoire individuelle et collective. Elles sont une richesse pour les historiennes et historiens qui les étudient comme la Rennaise Caroline Muller.

Cette historienne, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université Rennes 2 a fait de nos souvenirs personnels son thème de prédilection. Elle s’intéresse à l’Histoire du genre, de l’intime et donc aux archives familiales. Caroline Muller étudie le lien entre l’Histoire et le numérique.

Elle raconte sa démarche au micro de Virginie Enee et vous allez l’entendre ce projet de recherches est inspiré de son histoire personnelle.

https://podcasts.ouest-france.fr/broadcast/28499-Archives-familiales-un-tr%C3%A9sor-pour-l-Histoire

Page de Caroline Muller : https://perso.univ-rennes2.fr/caroline.muller

Faire et défaire c’est toujours travailler (2) : les photos anciennes

Entre les albums légués par mes parents et qui contiennent un grand nombre de photos venant de leurs familles respectives et mes propres albums de famille, je possède en tout 22 classeurs remplis de photos. Sans compter celles qui sont en vrac dans des boîtes car à un (ou à plusieurs) moment(s) donné(s), le classement est parti à vau l’eau… Heureusement, le mode de conditionnement et de classement des deux séries d’albums est identique, à savoir : des gros classeurs avec des pochettes en plastique, contenant des planches de photos collées sur des feuilles A4, plus ou moins blanches (par souci d’économie, plus que d’écologie, mes parents utilisaient en effet des feuilles imprimées au dos). Les photos sont classées de manière chronologique, en fonction des évènements, des déplacements, des voyages, des balades, des rencontres, des repas, des retrouvailles, etc.

J’avais idée de fusionner ces classeurs un jour ou l’autre car il y avait forcément des doublons, mais le temps m’a fait défaut. J’ai juste scindé en deux le classeur d’avant 1958 (date de mariage de mes parents), pour avoir d’un côté la famille de mon père et de l’autre la famille de ma mère, ce qui m’a permis lors de mes recherches généalogiques de me référer plus facilement à telle ou telle photo, suivant qu’elle appartenait à une branche ou à l’autre. Mais cela fait déjà quelques années que je pressentais que le classement chronologique n’était plus adapté aux besoins du moment.

Je m’explique : les albums photos ordonnés de manière chronologique se prêtent bien à l’usage qu’on en fait à une certaine étape de notre vie, à savoir : prendre un album et le feuilleter, seul ou à plusieurs, avec ses grands-parents, parents, ses enfants… avec, dans ce cas, cette magnifique notion d’entremêlements et de partage des souvenirs (tu te souviens ? au fait, c’était qui lui ? qu’est ce qu’on avait ri… !). Pour ma part, j’avais par exemple l’habitude à chaque anniversaire d’un de mes enfants de ressortir l’album de l’année de sa naissance. Et ce au grand dam de mes enfants devenus adolescents qui se moquaient comme de leur première chaussette, du moment émouvant de leur premier sourire…

Mais vient le moment où les enfants partent et les albums photos restent… et on ne pense plus ni à les sortir, ni à les feuilleter. Et quand après le décès de nos parents, on rouvre leurs albums, on s’aperçoit que l’on est incapable de nommer les personnes qui apparaissent sur les photos, et surtout d’identifier celles qui font partie de notre famille.

Car, mises à part celles qui font partie de la famille proche (et en cela, il est important de les identifier), les personnes qui ont été photographiées appartiennent à la ligne de vie et aux cercles relationnels de nos parents (ou de nos grands-parents). Certes, moi, en tant que fille de mes parents, j’ai rencontré la plupart des personnes qu’ils ont côtoyées et photographiées. Au pire, j’en ai entendu parler. Mais sans doute pas suffisamment pour qu’une fois sorties du contexte, je puisse les reconnaître sur les photos. Sauf bien sûr si celles-ci sont toutes parfaitement légendées, mais cela est assez rare. Et quand bien même… il me semble que dans un esprit de transmission, je dois m’interroger sur l’intérêt que peuvent représenter les photos des amis de mes parents pour les générations à venir… car pour mes petits-enfants les liens entre les personnes ne leur sauteront pas aux yeux…

Il me semble alors que le plus important pour les générations futures, c’est de pouvoir visualiser leurs arrière-grands-parents, leurs grands-oncles, grands-tantes, de comprendre les liens généalogiques entre eux, et non de savoir qu’en juin 1985, ils étaient à tel endroit avec telle personne pour fêter un anniversaire ou l’arrivée de l’été… Le fait de ne pas pouvoir identifier une partie des personnes figurant sur les albums et ne pas pouvoir dissocier les amis des membres de la famille, peut expliquer la réticence qu’on ressent à ouvrir les albums quand nos parents ne sont plus là pour les commenter (c’est d’ailleurs à ce moment-là qu’on regrette amèrement de ne pas avoir pris le temps de les regarder plus longuement avec eux).

D’où l’idée de présenter les photos autrement, en privilégiant une logique familiale (il s’agit en quelque sorte d’une généa-logique, ha ha ha !), plutôt que l’ordre chronologique pur. Raison pour laquelle je m’attelle actuellement à démanteler les anciens albums de nos parents pour m’adonner au jeu des 7 familles, histoire de regrouper les photos par branche. La branche de mon père, la branche de ma mère, avec pour chacune les photos des parents, des frères, des soeurs, des oncles, des tantes, des neveux, des nièces, etc.

Lorsque j’ai un doute, je m’appuie sur l’arbre généalogique en confrontant les dates ou j’essaie d’interroger les anciens encore vivants ou encore de comparer avec les photos détenues par des cousins ou cousines. Cela prend certes du temps mais les résultats sont satisfaisants, et en deux mois, j’ai déjà vidé deux classeurs.

Côté conditionnement, j’ai acheté chez Speciclass des boîtes d’archives spéciales photos (boîtes TAKKLAUD qui se présentent comme des tiroirs en carton), ainsi que des pochettes en cristal (papier non acide), qui me permettent de regrouper les photos soit par individu, soit par groupe familial, suivant le nombre de photos à classer. Je nomme chaque pochette, mais mon classement n’étant pas tout à fait abouti, j’en parlerai dans un prochain article.

Faire et défaire c’est toujours travailler (1)

Voilà ce que disait ma grand-mère maternelle quand il s’agissait de détricoter ce qu’elle venait de tricoter… Et de fait, c’est toujours travailler, avec en plus la perspective d’une satisfaction personnelle accrue, puisque quand on défait, c’est en principe pour refaire, mais en mieux !

C’est dans cet esprit, et sur la base des nombreuses évidences qui se sont imposées à moi pendant que je faisais mon étude de marché que j’ai repris le classement des photos et des archives familiales que j’avais mis de côté ces dernières années. Je me suis notamment fixé un programme ambitieux qui devrait m’amener d’ici une ou deux années à passer de cette situation…

Avant

à celle-ci…

Après

J’aimerais surtout faire des expérimentations dans le domaine de la gestion et de la valorisation des archives familiales car à mon sens il y a encore beaucoup de choses à explorer, notamment en m’appuyant sur les techniques documentaires et archivistiques professionnelles (que je maîtrise assez bien, puisque c’est mon métier). En effet, ça n’est pas parce qu’on a affaire à des vieux papiers sortis de derrière les fagots, ou plus sûrement d’une valise poussiéreuse, qu’ils ne méritent pas une considération et un traitement de faveur, ainsi qu’une valorisation digne de ce nom. D’ailleurs, les dépôts d’archives institutionnels ne s’y trompent pas, qui commencent eux-mêmes à faire part de leur intérêt pour les archives détenues par les particuliers. Les archives de Rennes ont ainsi édité un petit guide intitulé « Votre histoire nous intéresse : les archives privées ont de la valeur ! » (document téléchargeable gratuitement sur leur site web). De même, les Archives Nationales du Monde du Travail invitent tout un chacun à leur confier des archives privées d’intérêt historique pour les rendre disponibles auprès des chercheurs. C’est dire combien on a tendance à minimiser la richesse de ces fonds ! Mais avant de penser à s’en séparer et à les confier à autrui (ce qui peut être une option tout à fait acceptable), il convient, dans la mesure du possible, de faire un travail d’inventaire, de nommage et de classification, ne serait-ce que pour identifier les archives pouvant faire l’objet d’un don (ou d’un prêt pour numérisation) aux archives institutionnelles. Pour autant, mon cheval de bataille est et reste dans un premier temps la mise en valeur de ces archives et photos au sein de ma propre famille.

Quelle est donc la situation aujourd’hui et comment est-ce que je souhaite la faire évoluer ? voilà ce à quoi je vais m’attacher à répondre dans les deux prochains articles, où il sera question des photos et des papiers de famille.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search