Rester ouvert aux souvenirs

Je me doutais bien que le sentiment d’urgence et la frénésie d’activité qui caractérisent notre société actuelle sont assez incompatibles avec l’acte de réminiscence, autrement dit la pêche aux souvenirs. Mais je n’avais pas pensé au problème plus précis soulevé par Charles Pépin dans son ouvrage “Vivre avec son passé : une philosophie pour aller de l’avant” (Allary éd.). En page 75, il parle en effet des nombreuses sollicitations (smartphones, agenda surchargé, etc.) qui n’accordent plus aucun répit intellectuel et qui font simplement rater ces moments suspendus où l’on s’autorise à rêvasser et à se laisser happer par ses sensations. Or, cet état d’esprit, comme l’a si bien démontré Proust avec ses madeleines, constitue souvent des occasions d’amorçage des souvenirs, l’amorçage pouvant alors être défini comme “le point précis dans le flux des perceptions qui déclenche le retour du passé”.

La récapitulation créatrice selon Bergson

Alors, déjà, soyons clair : je n’ai pas la prétention d’affirmer que je connaissais intimement la pensée de Bergson avant de m’intéresser à la mémoire. Loin s’en faut ! Tout au plus, aurais-je pu avoir, sous la torture, quelques réminiscences de cours de philo à son sujet datant de … plusieurs décennies. Et encore !

C’est en fait en lisant l’excellent livre Vivre avec son passé : une philosophie pour aller de l’avant de Charles Pépin que l’évocation de Bergson a cessé de me donner des boutons, rétroactivement parlant… Car en son temps, pas si récent (1859-1941), il a été précurseur de pas mal d’idées dans ses domaines de prédilection, dont notamment la vie intérieure et la mémoire. “[Bergson] a l’intuition un peu folle pour son époque et confirmée par la science d’aujourd’hui, que notre mémoire n’est pas statique mais dynamique, que nos souvenirs sont vivants, sujets à des flux et reflux, affleurant à notre conscience, avant de repartir. Et, surtout, que notre mémoire est constitutive de notre conscience, et donc de notre identité.” (1)

Selon cette théorie, Bergson propose une définition assez peu commune de la liberté : selon lui, “être libre, ce n’est pas n’avoir aucun passé […] mais trouver la bonne manière de le prendre avec soi pour construire son avenir.” (1). Dans Essai sur les données immédiates de la conscience, il écrit : “Nous sommes libres, quand nos actes émanent de notre personnalité entière, quand ils l’expriment, quand ils ont avec elle cette indéfinissable ressemblance qu’on trouve parfois entre l’oeuvre et l’artiste”. (2)

Telle qu’il la conçoit, la récapitulation créatrice “nous invite à regarder notre passé d’un nouvel oeil, à travers un prisme créatif. Au lieu de nous sentir prisonniers de nos souvenirs, nous les utilisons comme une source inépuisable d’inspiration et de croissance“. (3)

La récapitulation consiste à s’appuyer sur l’ensemble de son héritage, pour le transformer en force créatrice qui permet d’impulser une orientation nouvelle à notre existence. En d’autres termes, il s’agit de prendre conscience, puis de nous ré-approprier à notre manière l’héritage qui nous a été transmis par nos parents ou grands-parents, ou le plus souvent intégré de leur exemple (ce que Charles Pépin appelle la transmission muette par la force des habitudes), une manière singulière qui non seulement nous ressemble et nous assemble, mais donne en plus du sens puisqu’inscrite dans une trajectoire qui s’enracine dans notre passé.

Charles Pépin donne l’exemple -réel- du fils d’un boulanger qui, en rupture avec son cadre familial et de l’idée d’être le “fils de”, choisit de faire des études dans un tout autre domaine et occupe un poste comme spécialiste des logiciels informatiques durant 20 ans, sans en éprouver une quelconque satisfaction personnelle. A l’aube de la trentaine, qui correspond au moment où son père pense à prendre sa retraite, il est assailli par le doute. Et après maintes réflexions, il décide d’opérer un virage à 360° en reprenant la boulangerie, où il développe rapidement un système de livraisons auquel son père se refusait. Très vite, il s’accomplit en tant que chef d’entreprise en ouvrant plusieurs boulangeries dans les villes avoisinantes et en créant un site web dédié, grâce à ses compétences en gestion et en informatique. Et Charles Pépin de conclure ainsi : “Mais s’il réussit si bien, c’est aussi parce qu’il avait apporté avec lui tous ses souvenirs d’enfance aux côtés de son père […]. Il aimait tant le parfum du pain dorant au four, des croissants en train de caraméliser. Ces senteurs étaient pour lui rien de moins que la vie même […]. Il a récapitulé l’ensemble de son histoire en se montrant créatif pour inventer sa manière personnelle d’être boulanger”. (1)

Personnellement, cette notion de récapitulation créatrice me parle, tant il est vrai que durant toutes ces années où je me suis occupée de la mémoire familiale, je n’ai jamais eu l’impression de “rétrograder” dans le passé, mais d’y puiser au contraire la force qui me permet d’aller toujours de l’avant. Pour autant qu’on veuille bien l’admettre, nos ancêtres, et la mémoire de leur exemple, de leur manière d’agir et de concevoir leur vie, constituent en effet un magnifique tremplin pour se propulser vers l’avenir. Et j’aime aussi l’idée que tout cela peut nous aider dans les instants décisifs de notre existence, pour savoir ce que nous désirons, ce que nous voulons vraiment. “Un désir authentique, en adéquation avec soi-même, explique Bergson, ressaisit toute notre histoire et nous conduit à un objectif qui prend un sens profond pour nous. De même, notre volonté n’est jamais aussi puissante, assurée, que lorsque nous voulons quelque chose qui nous correspond vraiment, qui résonne en nous, avec notre histoire et notre identité“. (1)

note : pour rédiger cet article, je me suis largement inspirée d’une partie du livre de Charles Pépin dont on trouvera la référence en (1)

(1) Pépin, C. (2023). Vivre avec son passé : Une philosophie pour aller de l’avant. Allary Editions.

(2) Worms, F. (2007). Henri Bergson, « Essai sur les données immédiates de la conscience » . https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00181613

(3) Martinuzzi, S. (2023, 6 octobre). Qu’est-ce que la récapitulation créative et comment peut-elle nous aider ? Psychologue. https://www.psychologue.net

Notre mémoire aux petits oignons

S’il en est une -de mémoire- qui délie facilement les langues et les papilles, c’est bien celle associée à la cuisine familiale. En deux coups de cuiller à pot nous vient en tête autant qu’à la bouche le nom d’un plat (qui est tout sauf plat) et cette manière unique qu’avait notre mère ou notre grand-mère de le préparer. Une évocation en convoquant une autre, nous nous laissons alors volontiers balloter en tous sens, en particulier les nôtres qui montrent une savoureuse propension à aiguillonner nos souvenirs.

Ce sont les odeurs et les saveurs de l’enfance, le tour de main, le grésillement de la graisse qui fond dans la casserole, les couleurs des fruits, des légumes, des torchons, le cahier de recettes écrit à la main et agrémenté de salissures opportunes, l’atmosphère de la pièce où l’on officie, l’effervescence bienveillante et joyeuse qui y règne, la rugosité de certains ustensiles, l’assurance et la justesse du geste, le goût des effluves, la diversité des accessoires et contenants en tous genres, l’intensité de l’instant, l’empreinte des senteurs de la soupe, des épices, de la confiture, le martèlement du fouet dans le saladier, etc. Sans oublier bien sûr le mot de la faim, tant attendu : c’est prêt, à table !

Anne Muxel dit : “Lorsqu’un gâteau se prépare, [la mémoire familiale] oeuvre à tous les niveaux, elle est dans les mains qui s’activent, elle pétrit des savoirs accumulés”. (1)

Mais la mémoire de la cuisine, c’est aussi -surtout!- des mots, des échanges, du partage, des rires, des connivences, de l’amour ! Dans l’intimité -toute relative- de la cuisine, la magie opère et les langues se délient. Le partage d’expériences culinaires entre les différentes générations invite souvent à la confidence. On aborde des sujets plus personnels, on évoque des souvenirs, on parle de ressentis. “La recette est un point d’entrée vers le récit, le récit vient se matérialiser dans la recette”. (2)

C’est ce que montrent si bien les films réalisés dans le cadre du Grandmas project, la cuisine en héritage, un projet autour de la transmission de recettes familiales.

Il s’agit d’une web-série collaborative qui invite des réalisateurs du monde entier à faire un film sur leur grand-mère en utilisant la transmission d’une recette pour questionner leur lien intergénérationnel et leur histoire familiale. On doit cette géniale initiative à Jonas Pariente qui regrettait de ne pas avoir pu, du vivant de ses grands-mères, les filmer dans leur cuisine. Pour réparer cette omission, il lance en 2016 une proposition pour partager et célébrer collectivement ce que nos grands-mères nous ont transmis à travers la cuisine, ce qu’il appelle « le plus délicieux patrimoine de l’humanité ». L’idée a fait son chemin, à tel point qu’aujourd’hui, on aborde la 3ème saison et que pas moins de 25 films, d’une dizaine de minutes chacun, sont disponibles en ligne, sur le site ou sur la chaîne YouTube.

On y rencontre des femmes lumineuses, solaires, taquines, espiègles, toujours attachantes, dont la générosité se mesure à la quantité de crème qu’elles mettent sur le gâteau ou à la diversité de légumes qui composent leur soupe…

Il y a Zaga, 85 ans, qui habite un appartement cossu, rempli de bibelots, de livres et de tableaux, qui parle de sa vie en Serbie, de ses deux maris -des hommes “bien”-, des années de disette où le prix de l’oeuf pouvait être multiplié par deux, juste le temps de faire la queue au marché… Elle avoue aussi à sa petite-fille qui est derrière la caméra, “préférer cuisiner seule”, mais précise : “avec toi, c’est pour la bonne cause, c’est pour t’apprendre quelque chose. Mais je ne cuisinerai pas en papotant avec une voisine.” (Moskva Torta
une recette de Zaga
, un film de Milla Turajlić, Serbie)

On a aussi Nona, une mamie “branchée” qui se déplace en trottinette, écoute du rap et parle en rougissant de son jeune copain du 1er étage. Elle raconte comment, à la faveur des années 68, elle s’est émancipée du carcan familial , elle qui “ne voulait surtout pas d’un mari comme son père”. Sa petite-fille dit d’elle en voix off : “Nona, elle a autant de facettes qu’il y a de légumes dans la minestra”. Et de fait, il y en a des légumes dans cette soupe préparée à 4 mains, qui sent bon le soleil et le sud, tout comme les mots en italien qui ponctuent le dialogue entre la petite-fille et sa grand-mère. (Minestra di Verdure, une recette de Nonna, un film de Lola Bessis, France – Italie)

En visionnant ces capsules, on mesure combien la cuisine a le don de rassembler. L’acte de transmission est toujours l’occasion de partager des anecdotes, de rire, de se taquiner et de parler du passé, en le reliant au temps présent, parfois même à l’avenir.

On en a un bel exemple avec le film d’Anissa qui, enceinte, s’adresse à son futur bébé en lui présentant la recette de la mahjouba, “transmise de génération et [qui] a réussi à arriver jusqu’à toi”. Cette fois, c’est la petite-fille qui est aux fourneaux tandis que Takia, la grand-mère d’origine algérienne, distille avec parcimonie ses conseils pour acquérir le bon geste. Et au travers les échanges, on sent la fierté de Takia de transmettre son savoir-faire et la tendresse qui lie les deux femmes. (Mahjouba, une recette de Takia, un film de Anissa Kaki, France – Algérie)

Sur le site de Grandmas project, on peut aussi accéder aux contributions de celles et ceux qui ne se sentaient pas prêts à faire un film. On a alors une photo et un texte qui célèbrent d’autres recettes et d’autres grands-mères.

A découvrir absolument. Personnellement, j’adore…

(1) Muxel, Anne. Individu et mémoire familiale, Paris, Nathan (Essais et recherches), 1996

(2) Dossier de presse de Grandmas Project

Les archives audio : cassettes (partie I)

Dans le cadre de mon laboratoire en “live”, j’ai abordé tout dernièrement les supports audio présents dans mes archives familiales. Il s’agit de cassettes audio comme je les ai connues dans mon enfance, mais aussi, plus mystérieux pour moi, de bandes sonores magnétiques.

Symbole d’une époque que les moins de 30 ans n’ont pas connue, la cassette audio semble vouloir revenir en force ces dernières années, très prisée par la génération Z, à ce qu’il parait… Inventée en 1963 par l’ingénieur néerlandais Lou Ottens, elle est ensuite brevetée par Philips qui la lance sur le marché peu après sa création. Véritable révolution, la bande magnétique bouscule les habitudes en matière d’écoute de musique, jusqu’alors limitées aux disques vinyles, beaucoup moins maniables. Grâce aux appareils nomades, il est désormais possible d’écouter de la musique de façon individuelle, ailleurs qu’à la maison. Le fait de pouvoir réenregistrer de la musique plusieurs fois sur le même support ouvre aussi de nombreuses possibilités.

Quatre canaux (pistes) sont écrits en parallèle sur la bande. Deux sont enregistrés lorsque la bande se trouve sur un côté dans l’enregistreur et deux autres lorsqu’elle est retournée. Les durées les plus courantes étaient les C60 (30 min par face) et les C90 (45 min par face)

Dans ma famille, la cassette audio a été utilisée pour enregistrer de la musique bien sûr, mais aussi des conversations, des repas de famille (bonjour les bruits de fond !), des émissions TV, des évènements familiaux, etc. D’où leur intérêt pour la mémoire familiale. J’ai également découvert (mais ceci reste à confirmer) que certaines cassettes étaient le fruit d’une retranscription – effectuée sans doute par notre père- de bandes sonores magnétiques enregistrées en 1962, date à laquelle les cassettes n’existaient pas encore.

La quinzaine de cassettes que j’ai retrouvées étaient rangées dans leurs boîtes, préservées donc de la poussière. Et elles étaient toutes identifiées, plus ou moins bien selon les cas, mais a minima on avait la nature de l’enregistrement, le lieu et la date (à l’exception de 3 cassettes pour lesquelles une recherche sera nécessaire).

La question est de savoir comment procéder pour sortir de l’ombre ces enregistrements et pour les valoriser auprès des générations futures, sachant que je n’osais même pas introduire les cassettes dans le lecteur que je possédais, de peur de les abîmer…

J’ai d’abord cherché sur internet les prestataires pouvant “repiquer” ces précieuses cassettes pour les transférer en format numérique. Ils ne sont pas nombreux, mais ils existent. Je retiens notamment : Mes films de famille, Mediafix, Studioreal, JL Transferts numériques, etc. Le seul -et gros- problème, c’est le prix. A raison de 15 à 20 euros la cassette, cela chiffre vite, surtout quand on en a comme moi une quinzaine à traiter…

Puis, je suis tombée sur cette vidéo de Studioreal , Aurélien Lévêque, qui fait une synthèse des méthodes pour numériser les cassettes audio soi même. En gros, voici les 3 solutions :

  • la plus facile : acheter et utiliser un appareil lecteur cassette portable qui convertit l’enregistrement en format MP3, mais la qualité est assez médiocre et on ne peut pas trop l’améliorer après coup
  • la plus technique : acheter et utiliser une carte son (c’est ce qui est utilisé aussi par les musicos pour enregistrer directement depuis un instrument de musique), qui permettra de transférer les enregistrements de votre lecteur vers l’ordinateur, puis de les travailler via un logiciel.
  • le meilleur compromis : acheter et utiliser un enregistreur nomade qui permet de capter les enregistrements depuis le lecteur via un câble et de les numériser directement en format MP3 ou WAV. Il restera alors à les copier vers votre ordinateur pour les retraiter si besoin. De plus, ces enregistreurs incluent un micro intégré à l’appareil, ce qui permet d’enregistrer de nouveaux audios familiaux, professionnels ou musicaux.

J’ai été convaincue par la dernière solution proposée car j’avais déjà l’intention d’acquérir ce type d’enregistreur nomade pour capter des entretiens individuels dans le cadre de la mémoire du territoire. Mon choix s’était porté sur le Handy Recorder H1 de Zoom (le même que celui préconisé par Studioreal) que je m’apprête à acheter prochainement.

Cette présentation ayant aussi pour effet de désacraliser l’opération, j’ai osé introduire chaque cassette dans mon lecteur, pour identifier rapidement les enregistrements valables et non valables. J’ai pu les lire dans mon lecteur, sans pour autant abuser de la fonction RWD et FWD qui aurait pu les endommager. Au total, j’ai 11 cassettes à repiquer, dont je viens d’établir l’inventaire précis dans un tableau Excel, au même titre que le reste de mes archives familiales. Je leur ai aussi attribuées une cote temporaire pour éviter tout risque de confusion.

Je me réjouis à la perspective d’écouter à l’envi ces captations si vivantes du passé, faites des voix et intonations des êtres chers, mais aussi d’ambiances et d’atmosphères, par essence éthérées et éphémères…

Pour accéder à l’article complet d’Aurélien Lévêque (merci à lui !) sur le site de Studioreal : c’est ici.

Les bienfaits de la nostalgie

Article intéressant qui fait référence aux résultats d’une recherche sur le sujet : https://lactualite.com/sante-et-science/les-bienfaits-de-la-nostalgie/

Extrait : Un article tout juste paru dans le numéro de décembre de la revue Social Cognitive and Affective Neuroscience fait le point sur les connaissances actuelles entourant cette émotion [la nostalgie]. Ses signataires, des chercheurs de l’École de psychologie de l’Université de Southampton, au Royaume-Uni, et du Laboratoire des sciences comportementales de l’Institut de psychologie de Pékin, en Chine, ont déjà mené ensemble plusieurs études sur le sujet. Cette fois, ils ont procédé à une recension de celles faites sur ce thème par d’autres scientifiques depuis le début des années 2000. C’est aussi la première synthèse des études en neuro-imagerie repérant les zones du cerveau activées par cette émotion complexe, ce qui permet de mieux la comprendre.

Les principales plates-formes des revues scientifiques

Une liste non exhaustive des ces plates-formes avait été établie en 2010. Elle est accessible encore aujourd’hui sous ce lien en format PDF. Mais comme cette référence commence à dater, voici deux sites sur lesquels on peut trouver des informations plus récentes :

Valorisation d’archives de gens ordinaires en Suisse

Sur la problématique de la valorisation des archives privées et familiales, un mémoire a été rédigé par Ludivine Pasche dans le cadre de son master à la Haute école de Genève. Il s’intitule Valorisation d’archives de gens ordinaires : les cas des Archives de la vie privée à Genève et des Archives de la vie ordinaire à Neuchâtel. En voici le résumé :

A partir des années1960 et la naissance du courant historiographie de la microhistoire, les historien.ne.s s’intéressent à la vie des gens ordinaires et aux autres figures jusqu’à présent absentes de l’histoire. Les archives privées et en particulier les archives de gens ordinaires sont désormais vues comme indispensables et complémentaires à l’histoire officielle. De nombreuses associations d’archives récoltant de tels documents sont créées partout en Europe dans le but de documenter l’histoire. La Suisse connaît elle aussi cette floraison, avec notamment la création des Archives de la vie privée en 1994 à Genève et les Archives de la vie ordinaire en 2003 à Neuchâtel. Cependant, ces organismes manquent souvent de visibilité. Ainsi, ce travail explore les moyens de valorisation d’archives de gens ordinaires et des organismes les préservant en Suisse. A cette fin, nous définissons d’abord les concepts inhérents à ce travail et nous dressons le contexte historiographique, législatif et archivistique des archives de gens ordinaires. Nous sélectionnons ensuite deux organismes suisses préservant des archives de gens ordinaires et nous identifions un besoin commun en matière de valorisation. Les associations des Archives de la vie privées à Genève et des Archives de la vie ordinaire à Neuchâtel sont choisies, puisqu’elles semblent être les seules dont la mission est explicitement la préservation des archives des gens ordinaires. Le besoin commun identifié est d’améliorer la valorisation des archives ou de leur organisme auprès des chercheur.e.s sur le plan numérique. Sur la base de ce constat, nous proposons des pistes de réflexion pour tenter de remédier à ce besoin, à partir d’observations de pratiques existantes dans des organismes fonctionnant de manière similaire. Nous orientons nos recherches selon deux axes d’analyse. Le premier se consacre à l’augmentation de la visibilité de l’organisme auprès des chercheur.e.s, et explore l’utilisation du référencement sur des sites web d’institutions patrimoniales, la présence dans Wikipédia et la participation à des réseaux.Le second axe se porte sur l’augmentation de la visibilité des fonds auprès des chercheurs, et étudie les moyens employés pour donner accès aux fonds et tenir au courant de l’acquisition et du traitement de nouveaux fonds. Des pistes d’amélioration sont proposées de manière individuelle aux AVP et aux AVO et une manière de collaborer autour de ce besoin commun est suggérée.

Lien vers le mémoire : https://sonar.ch/hesso/documents/315034

Tamtam Quidam

“Tamtam Quidam propose des ateliers de récits de vie, ouverts à tous et toutes,” nous dit la cofondatrice. “On organise des sessions d’écriture et d’expression, avec 4 ou 5 quidams. Des hommes, des femmes, jeunes ou vieux, qui souhaitent partager une histoire de vie… Un souvenir d’enfance, d’adolescence, un événement marquant ou une épreuve. Et, au terme de ces ateliers, on en fait un spectacle sur scène”.

une description détaillée sur RTBF

La plate-forme de podcasts

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search