Notre mémoire aux petits oignons

S’il en est une -de mémoire- qui délie facilement les langues et les papilles, c’est bien celle associée à la cuisine familiale. En deux coups de cuiller à pot nous vient en tête autant qu’à la bouche le nom d’un plat (qui est tout sauf plat) et cette manière unique qu’avait notre mère ou notre grand-mère de le préparer. Une évocation en convoquant une autre, nous nous laissons alors volontiers balloter en tous sens, en particulier les nôtres qui montrent une savoureuse propension à aiguillonner nos souvenirs.

Ce sont les odeurs et les saveurs de l’enfance, le tour de main, le grésillement de la graisse qui fond dans la casserole, les couleurs des fruits, des légumes, des torchons, le cahier de recettes écrit à la main et agrémenté de salissures opportunes, l’atmosphère de la pièce où l’on officie, l’effervescence bienveillante et joyeuse qui y règne, la rugosité de certains ustensiles, l’assurance et la justesse du geste, le goût des effluves, la diversité des accessoires et contenants en tous genres, l’intensité de l’instant, l’empreinte des senteurs de la soupe, des épices, de la confiture, le martèlement du fouet dans le saladier, etc. Sans oublier bien sûr le mot de la faim, tant attendu : c’est prêt, à table !

Anne Muxel dit : “Lorsqu’un gâteau se prépare, [la mémoire familiale] oeuvre à tous les niveaux, elle est dans les mains qui s’activent, elle pétrit des savoirs accumulés”. (1)

Mais la mémoire de la cuisine, c’est aussi -surtout!- des mots, des échanges, du partage, des rires, des connivences, de l’amour ! Dans l’intimité -toute relative- de la cuisine, la magie opère et les langues se délient. Le partage d’expériences culinaires entre les différentes générations invite souvent à la confidence. On aborde des sujets plus personnels, on évoque des souvenirs, on parle de ressentis. “La recette est un point d’entrée vers le récit, le récit vient se matérialiser dans la recette”. (2)

C’est ce que montrent si bien les films réalisés dans le cadre du Grandmas project, la cuisine en héritage, un projet autour de la transmission de recettes familiales.

Il s’agit d’une web-série collaborative qui invite des réalisateurs du monde entier à faire un film sur leur grand-mère en utilisant la transmission d’une recette pour questionner leur lien intergénérationnel et leur histoire familiale. On doit cette géniale initiative à Jonas Pariente qui regrettait de ne pas avoir pu, du vivant de ses grands-mères, les filmer dans leur cuisine. Pour réparer cette omission, il lance en 2016 une proposition pour partager et célébrer collectivement ce que nos grands-mères nous ont transmis à travers la cuisine, ce qu’il appelle « le plus délicieux patrimoine de l’humanité ». L’idée a fait son chemin, à tel point qu’aujourd’hui, on aborde la 3ème saison et que pas moins de 25 films, d’une dizaine de minutes chacun, sont disponibles en ligne, sur le site ou sur la chaîne YouTube.

On y rencontre des femmes lumineuses, solaires, taquines, espiègles, toujours attachantes, dont la générosité se mesure à la quantité de crème qu’elles mettent sur le gâteau ou à la diversité de légumes qui composent leur soupe…

Il y a Zaga, 85 ans, qui habite un appartement cossu, rempli de bibelots, de livres et de tableaux, qui parle de sa vie en Serbie, de ses deux maris -des hommes “bien”-, des années de disette où le prix de l’oeuf pouvait être multiplié par deux, juste le temps de faire la queue au marché… Elle avoue aussi à sa petite-fille qui est derrière la caméra, “préférer cuisiner seule”, mais précise : “avec toi, c’est pour la bonne cause, c’est pour t’apprendre quelque chose. Mais je ne cuisinerai pas en papotant avec une voisine.” (Moskva Torta
une recette de Zaga
, un film de Milla Turajlić, Serbie)

On a aussi Nona, une mamie “branchée” qui se déplace en trottinette, écoute du rap et parle en rougissant de son jeune copain du 1er étage. Elle raconte comment, à la faveur des années 68, elle s’est émancipée du carcan familial , elle qui “ne voulait surtout pas d’un mari comme son père”. Sa petite-fille dit d’elle en voix off : “Nona, elle a autant de facettes qu’il y a de légumes dans la minestra”. Et de fait, il y en a des légumes dans cette soupe préparée à 4 mains, qui sent bon le soleil et le sud, tout comme les mots en italien qui ponctuent le dialogue entre la petite-fille et sa grand-mère. (Minestra di Verdure, une recette de Nonna, un film de Lola Bessis, France – Italie)

En visionnant ces capsules, on mesure combien la cuisine a le don de rassembler. L’acte de transmission est toujours l’occasion de partager des anecdotes, de rire, de se taquiner et de parler du passé, en le reliant au temps présent, parfois même à l’avenir.

On en a un bel exemple avec le film d’Anissa qui, enceinte, s’adresse à son futur bébé en lui présentant la recette de la mahjouba, “transmise de génération et [qui] a réussi à arriver jusqu’à toi”. Cette fois, c’est la petite-fille qui est aux fourneaux tandis que Takia, la grand-mère d’origine algérienne, distille avec parcimonie ses conseils pour acquérir le bon geste. Et au travers les échanges, on sent la fierté de Takia de transmettre son savoir-faire et la tendresse qui lie les deux femmes. (Mahjouba, une recette de Takia, un film de Anissa Kaki, France – Algérie)

Sur le site de Grandmas project, on peut aussi accéder aux contributions de celles et ceux qui ne se sentaient pas prêts à faire un film. On a alors une photo et un texte qui célèbrent d’autres recettes et d’autres grands-mères.

A découvrir absolument. Personnellement, j’adore…

(1) Muxel, Anne. Individu et mémoire familiale, Paris, Nathan (Essais et recherches), 1996

(2) Dossier de presse de Grandmas Project

Les collections, archives familiales ou pas ?

Notre maman étant une cuisinière talentueuse (elle a été professeur, puis directrice d’une école d’arts ménagers), j’ai hérité de l’ensemble de sa collection de fiches de recettes Elle. Pour les avoir toutes triées et manipulées, je sais à présent que cela constituait pas moins de 6000 fiches, ou, si on compte en mètre linéaire, plus d’1 ML… En principe destinées à la benne après le tri que nous avions effectué avec ma soeur en 2014, je les avais conservées contre vents et marées, pensant qu’elles participaient de la mémoire familiale. La formation que je viens de terminer (voir mon précédent billet) m’a convaincue du contraire : nous avons toute légitimité à éliminer les collections de nos proches disparus car elles ne font pas partie des archives familiales proprement dites. Elles ne sont pas une preuve de l’activité et de l’histoire des membres de notre famille.

Par exemple, la collection de bandes dessinées de votre grand-oncle ne constitue pas un document sur une activité familiale (bien que nous puissions en déduire que ce grand-oncle a lu des bandes dessinées). De même la collection de cartes de cigarettes de votre mère n’est pas une preuve et ne nous dit rien sauf, éventuellement, qu’elle a fumé. (extrait du cours ICA sur les archives familiales

Pour autant, il me semble important d’extraire des informations de ces collections avant élimination, comme par exemple : les prendre en photos dans leur conditionnement d’origine, documenter leur existence et le sort qu’ont leur a réservé in fine. Car si ces collections ne font pas partie des archives, elles reflètent bel et bien la personnalité de la personne qui les a constituées. En l’occurrence, voilà le type d’informations que je retiens de l’opération de tri que je viens de mener :

  • environ 6000 fiches de recettes du magazine Elle, soit 1,20 mètres linéaires. Dates extrêmes (estimation) : 1959-2009, soit 50 années d’abonnement. S’agissant d’un hebdomadaire, cela représente environ 2600 numéros. On peut imaginer que toutes les recettes n’ont pas été gardées car cela représenterait alors plus de 10’000 fiches recettes
  • De ces 6000 fiches, j’en ai conservé environ 300 pour mon usage personnel, principalement parmi les anciennes qui contenaient des recettes classiques (pot-au-feu, waterzoi, cassoulet, etc.)
  • En manipulant ces fiches, je me suis rappelée que chacun des enfants avaient, à titre individuel et volontaire, participé au classement de ces fiches par catégories (ex. veau, boeuf, poulet, etc. pour les viandes) et à leur conditionnement dans des pochettes en plastique.

Voici quelques photos de l’ensemble

AVANT : Recettes ELLE dans un porte-fiche en carton
AVANT Recettes ELLE dans un porte-fiche en plastique
Recettes ELLE – Vue détaillée
Recettes ELLE – Vue détaillée Codes couleurs
Recettes ELLE – Classement par catégories
APRES : 5500 fiches recettes ELLE prêtes à partir chez Emmaüs

Je vais réunir ces informations (description, données chiffrées et photos) dans une fiche descriptive qui trouvera sa place au milieu des archives personnelles de notre maman, non comme preuve de son histoire, mais comme trace de sa personnalité.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search