Les collections, archives familiales ou pas ?

Notre maman étant une cuisinière talentueuse (elle a été professeur, puis directrice d’une école d’arts ménagers), j’ai hérité de l’ensemble de sa collection de fiches de recettes Elle. Pour les avoir toutes triées et manipulées, je sais à présent que cela constituait pas moins de 6000 fiches, ou, si on compte en mètre linéaire, plus d’1 ML… En principe destinées à la benne après le tri que nous avions effectué avec ma soeur en 2014, je les avais conservées contre vents et marées, pensant qu’elles participaient de la mémoire familiale. La formation que je viens de terminer (voir mon précédent billet) m’a convaincue du contraire : nous avons toute légitimité à éliminer les collections de nos proches disparus car elles ne font pas partie des archives familiales proprement dites. Elles ne sont pas une preuve de l’activité et de l’histoire des membres de notre famille.

Par exemple, la collection de bandes dessinées de votre grand-oncle ne constitue pas un document sur une activité familiale (bien que nous puissions en déduire que ce grand-oncle a lu des bandes dessinées). De même la collection de cartes de cigarettes de votre mère n’est pas une preuve et ne nous dit rien sauf, éventuellement, qu’elle a fumé. (extrait du cours ICA sur les archives familiales

Pour autant, il me semble important d’extraire des informations de ces collections avant élimination, comme par exemple : les prendre en photos dans leur conditionnement d’origine, documenter leur existence et le sort qu’ont leur a réservé in fine. Car si ces collections ne font pas partie des archives, elles reflètent bel et bien la personnalité de la personne qui les a constituées. En l’occurrence, voilà le type d’informations que je retiens de l’opération de tri que je viens de mener :

  • environ 6000 fiches de recettes du magazine Elle, soit 1,20 mètres linéaires. Dates extrêmes (estimation) : 1959-2009, soit 50 années d’abonnement. S’agissant d’un hebdomadaire, cela représente environ 2600 numéros. On peut imaginer que toutes les recettes n’ont pas été gardées car cela représenterait alors plus de 10’000 fiches recettes
  • De ces 6000 fiches, j’en ai conservé environ 300 pour mon usage personnel, principalement parmi les anciennes qui contenaient des recettes classiques (pot-au-feu, waterzoi, cassoulet, etc.)
  • En manipulant ces fiches, je me suis rappelée que chacun des enfants avaient, à titre individuel et volontaire, participé au classement de ces fiches par catégories (ex. veau, boeuf, poulet, etc. pour les viandes) et à leur conditionnement dans des pochettes en plastique.

Voici quelques photos de l’ensemble

AVANT : Recettes ELLE dans un porte-fiche en carton
AVANT Recettes ELLE dans un porte-fiche en plastique
Recettes ELLE – Vue détaillée
Recettes ELLE – Vue détaillée Codes couleurs
Recettes ELLE – Classement par catégories
APRES : 5500 fiches recettes ELLE prêtes à partir chez Emmaüs

Je vais réunir ces informations (description, données chiffrées et photos) dans une fiche descriptive qui trouvera sa place au milieu des archives personnelles de notre maman, non comme preuve de son histoire, mais comme trace de sa personnalité.