Les archives audio : cassettes (partie I)

Dans le cadre de mon laboratoire en “live”, j’ai abordé tout dernièrement les supports audio présents dans mes archives familiales. Il s’agit de cassettes audio comme je les ai connues dans mon enfance, mais aussi, plus mystérieux pour moi, de bandes sonores magnétiques.

Symbole d’une époque que les moins de 30 ans n’ont pas connue, la cassette audio semble vouloir revenir en force ces dernières années, très prisée par la génération Z, à ce qu’il parait… Inventée en 1963 par l’ingénieur néerlandais Lou Ottens, elle est ensuite brevetée par Philips qui la lance sur le marché peu après sa création. Véritable révolution, la bande magnétique bouscule les habitudes en matière d’écoute de musique, jusqu’alors limitées aux disques vinyles, beaucoup moins maniables. Grâce aux appareils nomades, il est désormais possible d’écouter de la musique de façon individuelle, ailleurs qu’à la maison. Le fait de pouvoir réenregistrer de la musique plusieurs fois sur le même support ouvre aussi de nombreuses possibilités.

Quatre canaux (pistes) sont écrits en parallèle sur la bande. Deux sont enregistrés lorsque la bande se trouve sur un côté dans l’enregistreur et deux autres lorsqu’elle est retournée. Les durées les plus courantes étaient les C60 (30 min par face) et les C90 (45 min par face)

Dans ma famille, la cassette audio a été utilisée pour enregistrer de la musique bien sûr, mais aussi des conversations, des repas de famille (bonjour les bruits de fond !), des émissions TV, des évènements familiaux, etc. D’où leur intérêt pour la mémoire familiale. J’ai également découvert (mais ceci reste à confirmer) que certaines cassettes étaient le fruit d’une retranscription – effectuée sans doute par notre père- de bandes sonores magnétiques enregistrées en 1962, date à laquelle les cassettes n’existaient pas encore.

La quinzaine de cassettes que j’ai retrouvées étaient rangées dans leurs boîtes, préservées donc de la poussière. Et elles étaient toutes identifiées, plus ou moins bien selon les cas, mais a minima on avait la nature de l’enregistrement, le lieu et la date (à l’exception de 3 cassettes pour lesquelles une recherche sera nécessaire).

La question est de savoir comment procéder pour sortir de l’ombre ces enregistrements et pour les valoriser auprès des générations futures, sachant que je n’osais même pas introduire les cassettes dans le lecteur que je possédais, de peur de les abîmer…

J’ai d’abord cherché sur internet les prestataires pouvant “repiquer” ces précieuses cassettes pour les transférer en format numérique. Ils ne sont pas nombreux, mais ils existent. Je retiens notamment : Mes films de famille, Mediafix, Studioreal, JL Transferts numériques, etc. Le seul -et gros- problème, c’est le prix. A raison de 15 à 20 euros la cassette, cela chiffre vite, surtout quand on en a comme moi une quinzaine à traiter…

Puis, je suis tombée sur cette vidéo de Studioreal , Aurélien Lévêque, qui fait une synthèse des méthodes pour numériser les cassettes audio soi même. En gros, voici les 3 solutions :

  • la plus facile : acheter et utiliser un appareil lecteur cassette portable qui convertit l’enregistrement en format MP3, mais la qualité est assez médiocre et on ne peut pas trop l’améliorer après coup
  • la plus technique : acheter et utiliser une carte son (c’est ce qui est utilisé aussi par les musicos pour enregistrer directement depuis un instrument de musique), qui permettra de transférer les enregistrements de votre lecteur vers l’ordinateur, puis de les travailler via un logiciel.
  • le meilleur compromis : acheter et utiliser un enregistreur nomade qui permet de capter les enregistrements depuis le lecteur via un câble et de les numériser directement en format MP3 ou WAV. Il restera alors à les copier vers votre ordinateur pour les retraiter si besoin. De plus, ces enregistreurs incluent un micro intégré à l’appareil, ce qui permet d’enregistrer de nouveaux audios familiaux, professionnels ou musicaux.

J’ai été convaincue par la dernière solution proposée car j’avais déjà l’intention d’acquérir ce type d’enregistreur nomade pour capter des entretiens individuels dans le cadre de la mémoire du territoire. Mon choix s’était porté sur le Handy Recorder H1 de Zoom (le même que celui préconisé par Studioreal) que je m’apprête à acheter prochainement.

Cette présentation ayant aussi pour effet de désacraliser l’opération, j’ai osé introduire chaque cassette dans mon lecteur, pour identifier rapidement les enregistrements valables et non valables. J’ai pu les lire dans mon lecteur, sans pour autant abuser de la fonction RWD et FWD qui aurait pu les endommager. Au total, j’ai 11 cassettes à repiquer, dont je viens d’établir l’inventaire précis dans un tableau Excel, au même titre que le reste de mes archives familiales. Je leur ai aussi attribuées une cote temporaire pour éviter tout risque de confusion.

Je me réjouis à la perspective d’écouter à l’envi ces captations si vivantes du passé, faites des voix et intonations des êtres chers, mais aussi d’ambiances et d’atmosphères, par essence éthérées et éphémères…

Pour accéder à l’article complet d’Aurélien Lévêque (merci à lui !) sur le site de Studioreal : c’est ici.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search