Archives familiales : un trésor pour l’Histoire

Photos, objets, lettres soigneusement choisies… Les archives familiales « ordinaires » en disent long sur l’histoire individuelle et collective. Elles sont une richesse pour les historiennes et historiens qui les étudient comme la Rennaise Caroline Muller.

Cette historienne, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université Rennes 2 a fait de nos souvenirs personnels son thème de prédilection. Elle s’intéresse à l’Histoire du genre, de l’intime et donc aux archives familiales. Caroline Muller étudie le lien entre l’Histoire et le numérique.

Elle raconte sa démarche au micro de Virginie Enee et vous allez l’entendre ce projet de recherches est inspiré de son histoire personnelle.

https://podcasts.ouest-france.fr/broadcast/28499-Archives-familiales-un-tr%C3%A9sor-pour-l-Histoire

Page de Caroline Muller : https://perso.univ-rennes2.fr/caroline.muller

Les collections, archives familiales ou pas ?

Notre maman étant une cuisinière talentueuse (elle a été professeur, puis directrice d’une école d’arts ménagers), j’ai hérité de l’ensemble de sa collection de fiches de recettes Elle. Pour les avoir toutes triées et manipulées, je sais à présent que cela constituait pas moins de 6000 fiches, ou, si on compte en mètre linéaire, plus d’1 ML… En principe destinées à la benne après le tri que nous avions effectué avec ma soeur en 2014, je les avais conservées contre vents et marées, pensant qu’elles participaient de la mémoire familiale. La formation que je viens de terminer (voir mon précédent billet) m’a convaincue du contraire : nous avons toute légitimité à éliminer les collections de nos proches disparus car elles ne font pas partie des archives familiales proprement dites. Elles ne sont pas une preuve de l’activité et de l’histoire des membres de notre famille.

Par exemple, la collection de bandes dessinées de votre grand-oncle ne constitue pas un document sur une activité familiale (bien que nous puissions en déduire que ce grand-oncle a lu des bandes dessinées). De même la collection de cartes de cigarettes de votre mère n’est pas une preuve et ne nous dit rien sauf, éventuellement, qu’elle a fumé. (extrait du cours ICA sur les archives familiales

Pour autant, il me semble important d’extraire des informations de ces collections avant élimination, comme par exemple : les prendre en photos dans leur conditionnement d’origine, documenter leur existence et le sort qu’ont leur a réservé in fine. Car si ces collections ne font pas partie des archives, elles reflètent bel et bien la personnalité de la personne qui les a constituées. En l’occurrence, voilà le type d’informations que je retiens de l’opération de tri que je viens de mener :

  • environ 6000 fiches de recettes du magazine Elle, soit 1,20 mètres linéaires. Dates extrêmes (estimation) : 1959-2009, soit 50 années d’abonnement. S’agissant d’un hebdomadaire, cela représente environ 2600 numéros. On peut imaginer que toutes les recettes n’ont pas été gardées car cela représenterait alors plus de 10’000 fiches recettes
  • De ces 6000 fiches, j’en ai conservé environ 300 pour mon usage personnel, principalement parmi les anciennes qui contenaient des recettes classiques (pot-au-feu, waterzoi, cassoulet, etc.)
  • En manipulant ces fiches, je me suis rappelée que chacun des enfants avaient, à titre individuel et volontaire, participé au classement de ces fiches par catégories (ex. veau, boeuf, poulet, etc. pour les viandes) et à leur conditionnement dans des pochettes en plastique.

Voici quelques photos de l’ensemble

AVANT : Recettes ELLE dans un porte-fiche en carton
AVANT Recettes ELLE dans un porte-fiche en plastique
Recettes ELLE – Vue détaillée
Recettes ELLE – Vue détaillée Codes couleurs
Recettes ELLE – Classement par catégories
APRES : 5500 fiches recettes ELLE prêtes à partir chez Emmaüs

Je vais réunir ces informations (description, données chiffrées et photos) dans une fiche descriptive qui trouvera sa place au milieu des archives personnelles de notre maman, non comme preuve de son histoire, mais comme trace de sa personnalité.

Ressources sur la généalogie

Trouvé cette mine d’informations, certes pas très actuelle, mais qui peut être un bon point de départ pour le volet généalogie de ma recherche : Recensement systématique des références sur les pratiques de la généalogie

Voir notamment le plan de classement et les liens établis avec le métier d’archiviste

les explications sur l’origine du projet se trouvent ici : http://enfance-jeunesse.fr/action/cybergenealogie-et-filiation/

Faire et défaire c’est toujours travailler (1)

Voilà ce que disait ma grand-mère maternelle quand il s’agissait de détricoter ce qu’elle venait de tricoter… Et de fait, c’est toujours travailler, avec en plus la perspective d’une satisfaction personnelle accrue, puisque quand on défait, c’est en principe pour refaire, mais en mieux !

C’est dans cet esprit, et sur la base des nombreuses évidences qui se sont imposées à moi pendant que je faisais mon étude de marché que j’ai repris le classement des photos et des archives familiales que j’avais mis de côté ces dernières années. Je me suis notamment fixé un programme ambitieux qui devrait m’amener d’ici une ou deux années à passer de cette situation…

Avant

à celle-ci…

Après

J’aimerais surtout faire des expérimentations dans le domaine de la gestion et de la valorisation des archives familiales car à mon sens il y a encore beaucoup de choses à explorer, notamment en m’appuyant sur les techniques documentaires et archivistiques professionnelles (que je maîtrise assez bien, puisque c’est mon métier). En effet, ça n’est pas parce qu’on a affaire à des vieux papiers sortis de derrière les fagots, ou plus sûrement d’une valise poussiéreuse, qu’ils ne méritent pas une considération et un traitement de faveur, ainsi qu’une valorisation digne de ce nom. D’ailleurs, les dépôts d’archives institutionnels ne s’y trompent pas, qui commencent eux-mêmes à faire part de leur intérêt pour les archives détenues par les particuliers. Les archives de Rennes ont ainsi édité un petit guide intitulé « Votre histoire nous intéresse : les archives privées ont de la valeur ! » (document téléchargeable gratuitement sur leur site web). De même, les Archives Nationales du Monde du Travail invitent tout un chacun à leur confier des archives privées d’intérêt historique pour les rendre disponibles auprès des chercheurs. C’est dire combien on a tendance à minimiser la richesse de ces fonds ! Mais avant de penser à s’en séparer et à les confier à autrui (ce qui peut être une option tout à fait acceptable), il convient, dans la mesure du possible, de faire un travail d’inventaire, de nommage et de classification, ne serait-ce que pour identifier les archives pouvant faire l’objet d’un don (ou d’un prêt pour numérisation) aux archives institutionnelles. Pour autant, mon cheval de bataille est et reste dans un premier temps la mise en valeur de ces archives et photos au sein de ma propre famille.

Quelle est donc la situation aujourd’hui et comment est-ce que je souhaite la faire évoluer ? voilà ce à quoi je vais m’attacher à répondre dans les deux prochains articles, où il sera question des photos et des papiers de famille.

Questionnaire sur la mémoire familiale – Résultats

En 2019-2020, j’ai suivi une formation à distance en histoire des familles et généalogie dispensée par l’Université de Nïmes. Puis en 2021, j’ai enchaîné avec le D.U. Installation du généalogiste professionnel. Dans ce cadre, j’ai été amenée à travailler sur un projet personnel . Mon idée est de créer une activité autour de la mémoire familiale (et de sa transmission) qui selon mon analyse repose sur 3 piliers : la généalogie, le récit de vie et les archives familiales. Pour finaliser mon étude de marché, j’ai lancé un questionnaire que j’ai soumis à mes contacts. En 2 semaines, j’ai reçu 156 réponses, ce qui était déjà un très bon score ! Mais plus encore : les retours étaient très intéressants et m’ont permis d’étayer de manière tout à fait pertinente ma réflexion sur le sujet. Le questionnaire étant à présent clos, je vous propose ci-dessous une petite synthèse des résultats…