Les archives audio : cassettes (partie I)

Dans le cadre de mon laboratoire en “live”, j’ai abordé tout dernièrement les supports audio présents dans mes archives familiales. Il s’agit de cassettes audio comme je les ai connues dans mon enfance, mais aussi, plus mystérieux pour moi, de bandes sonores magnétiques.

Symbole d’une époque que les moins de 30 ans n’ont pas connue, la cassette audio semble vouloir revenir en force ces dernières années, très prisée par la génération Z, à ce qu’il parait… Inventée en 1963 par l’ingénieur néerlandais Lou Ottens, elle est ensuite brevetée par Philips qui la lance sur le marché peu après sa création. Véritable révolution, la bande magnétique bouscule les habitudes en matière d’écoute de musique, jusqu’alors limitées aux disques vinyles, beaucoup moins maniables. Grâce aux appareils nomades, il est désormais possible d’écouter de la musique de façon individuelle, ailleurs qu’à la maison. Le fait de pouvoir réenregistrer de la musique plusieurs fois sur le même support ouvre aussi de nombreuses possibilités.

Quatre canaux (pistes) sont écrits en parallèle sur la bande. Deux sont enregistrés lorsque la bande se trouve sur un côté dans l’enregistreur et deux autres lorsqu’elle est retournée. Les durées les plus courantes étaient les C60 (30 min par face) et les C90 (45 min par face)

Dans ma famille, la cassette audio a été utilisée pour enregistrer de la musique bien sûr, mais aussi des conversations, des repas de famille (bonjour les bruits de fond !), des émissions TV, des évènements familiaux, etc. D’où leur intérêt pour la mémoire familiale. J’ai également découvert (mais ceci reste à confirmer) que certaines cassettes étaient le fruit d’une retranscription – effectuée sans doute par notre père- de bandes sonores magnétiques enregistrées en 1962, date à laquelle les cassettes n’existaient pas encore.

La quinzaine de cassettes que j’ai retrouvées étaient rangées dans leurs boîtes, préservées donc de la poussière. Et elles étaient toutes identifiées, plus ou moins bien selon les cas, mais a minima on avait la nature de l’enregistrement, le lieu et la date (à l’exception de 3 cassettes pour lesquelles une recherche sera nécessaire).

La question est de savoir comment procéder pour sortir de l’ombre ces enregistrements et pour les valoriser auprès des générations futures, sachant que je n’osais même pas introduire les cassettes dans le lecteur que je possédais, de peur de les abîmer…

J’ai d’abord cherché sur internet les prestataires pouvant “repiquer” ces précieuses cassettes pour les transférer en format numérique. Ils ne sont pas nombreux, mais ils existent. Je retiens notamment : Mes films de famille, Mediafix, Studioreal, JL Transferts numériques, etc. Le seul -et gros- problème, c’est le prix. A raison de 15 à 20 euros la cassette, cela chiffre vite, surtout quand on en a comme moi une quinzaine à traiter…

Puis, je suis tombée sur cette vidéo de Studioreal , Aurélien Lévêque, qui fait une synthèse des méthodes pour numériser les cassettes audio soi même. En gros, voici les 3 solutions :

  • la plus facile : acheter et utiliser un appareil lecteur cassette portable qui convertit l’enregistrement en format MP3, mais la qualité est assez médiocre et on ne peut pas trop l’améliorer après coup
  • la plus technique : acheter et utiliser une carte son (c’est ce qui est utilisé aussi par les musicos pour enregistrer directement depuis un instrument de musique), qui permettra de transférer les enregistrements de votre lecteur vers l’ordinateur, puis de les travailler via un logiciel.
  • le meilleur compromis : acheter et utiliser un enregistreur nomade qui permet de capter les enregistrements depuis le lecteur via un câble et de les numériser directement en format MP3 ou WAV. Il restera alors à les copier vers votre ordinateur pour les retraiter si besoin. De plus, ces enregistreurs incluent un micro intégré à l’appareil, ce qui permet d’enregistrer de nouveaux audios familiaux, professionnels ou musicaux.

J’ai été convaincue par la dernière solution proposée car j’avais déjà l’intention d’acquérir ce type d’enregistreur nomade pour capter des entretiens individuels dans le cadre de la mémoire du territoire. Mon choix s’était porté sur le Handy Recorder H1 de Zoom (le même que celui préconisé par Studioreal) que je m’apprête à acheter prochainement.

Cette présentation ayant aussi pour effet de désacraliser l’opération, j’ai osé introduire chaque cassette dans mon lecteur, pour identifier rapidement les enregistrements valables et non valables. J’ai pu les lire dans mon lecteur, sans pour autant abuser de la fonction RWD et FWD qui aurait pu les endommager. Au total, j’ai 11 cassettes à repiquer, dont je viens d’établir l’inventaire précis dans un tableau Excel, au même titre que le reste de mes archives familiales. Je leur ai aussi attribuées une cote temporaire pour éviter tout risque de confusion.

Je me réjouis à la perspective d’écouter à l’envi ces captations si vivantes du passé, faites des voix et intonations des êtres chers, mais aussi d’ambiances et d’atmosphères, par essence éthérées et éphémères…

Pour accéder à l’article complet d’Aurélien Lévêque (merci à lui !) sur le site de Studioreal : c’est ici.

Valorisation d’archives de gens ordinaires en Suisse

Sur la problématique de la valorisation des archives privées et familiales, un mémoire a été rédigé par Ludivine Pasche dans le cadre de son master à la Haute école de Genève. Il s’intitule Valorisation d’archives de gens ordinaires : les cas des Archives de la vie privée à Genève et des Archives de la vie ordinaire à Neuchâtel. En voici le résumé :

A partir des années1960 et la naissance du courant historiographie de la microhistoire, les historien.ne.s s’intéressent à la vie des gens ordinaires et aux autres figures jusqu’à présent absentes de l’histoire. Les archives privées et en particulier les archives de gens ordinaires sont désormais vues comme indispensables et complémentaires à l’histoire officielle. De nombreuses associations d’archives récoltant de tels documents sont créées partout en Europe dans le but de documenter l’histoire. La Suisse connaît elle aussi cette floraison, avec notamment la création des Archives de la vie privée en 1994 à Genève et les Archives de la vie ordinaire en 2003 à Neuchâtel. Cependant, ces organismes manquent souvent de visibilité. Ainsi, ce travail explore les moyens de valorisation d’archives de gens ordinaires et des organismes les préservant en Suisse. A cette fin, nous définissons d’abord les concepts inhérents à ce travail et nous dressons le contexte historiographique, législatif et archivistique des archives de gens ordinaires. Nous sélectionnons ensuite deux organismes suisses préservant des archives de gens ordinaires et nous identifions un besoin commun en matière de valorisation. Les associations des Archives de la vie privées à Genève et des Archives de la vie ordinaire à Neuchâtel sont choisies, puisqu’elles semblent être les seules dont la mission est explicitement la préservation des archives des gens ordinaires. Le besoin commun identifié est d’améliorer la valorisation des archives ou de leur organisme auprès des chercheur.e.s sur le plan numérique. Sur la base de ce constat, nous proposons des pistes de réflexion pour tenter de remédier à ce besoin, à partir d’observations de pratiques existantes dans des organismes fonctionnant de manière similaire. Nous orientons nos recherches selon deux axes d’analyse. Le premier se consacre à l’augmentation de la visibilité de l’organisme auprès des chercheur.e.s, et explore l’utilisation du référencement sur des sites web d’institutions patrimoniales, la présence dans Wikipédia et la participation à des réseaux.Le second axe se porte sur l’augmentation de la visibilité des fonds auprès des chercheurs, et étudie les moyens employés pour donner accès aux fonds et tenir au courant de l’acquisition et du traitement de nouveaux fonds. Des pistes d’amélioration sont proposées de manière individuelle aux AVP et aux AVO et une manière de collaborer autour de ce besoin commun est suggérée.

Lien vers le mémoire : https://sonar.ch/hesso/documents/315034

Photos anciennes… on en parle

Archives familiales : on en parle…

Je souhaite lister ici tous les articles relatifs aux archives familiales : manière de les classer, de les gérer, de les valoriser, etc.

Inventorier les archives familiales

Depuis quelques mois, je me suis mise à inventorier l’ensemble des archives familiales “historiques” que je possède. Jusqu’à présent, je les avais identifiées, regroupées et classées par thématique, mais sans les recenser dans un tableau, car je n’en voyais pas l’intérêt. J’ai changé d’avis après avoir suivi le cours de l’ICA. Et le fait que j’occupe à présent un poste d’archiviste a conforté la chose. Pourquoi, quand il s’agit d’archives familiales, on n’appliquerait pas les méthodes éprouvées depuis fort longtemps dans le domaine archivistique ? L’inventaire -précis et détaillé- fait en effet partie d’un des fondamentaux du métier. En effectuant ce travail qui, je l’avoue, est très fastidieux et chronophage, j’ai découvert beaucoup d’avantages :

  • cela pousse à prendre en main chaque document, un à un, à les lire, à comprendre leur fonction d’un point de vue historique, à les dater, etc. Chose que je n’avais pas faite auparavant. Les documents étaient certes classés par individu, puis par thématique (papiers d’identité, de santé, du travail, etc.), mais sans plus. Je n’avais pas une connaissance aussi précise de chacun d’entre eux.
  • quand l’inventaire est fait, on dispose d’une liste formatée qui peut être parcourue beaucoup plus facilement et rapidement que des documents dans des sous-dossiers et dossiers. C’est notamment très utile pour la recherche.
  • même si pour l’instant, je n’ai supprimé que très peu d’archives, je sais que grâce à cette liste la décision liée à une destruction sera beaucoup plus facile à prendre car j’aurai sous les yeux la globalité des archives et je pourrai détecter les doublons et les redondances
  • au cours de l’inventaire, j’ai pu enrichir des données généalogiques et/ou des informations sur des parcours de vie qui me manquaient. Dans le même sens, la fin d’un inventaire pour une personne a souvent suscité la rédaction d’un article sur cette même personne dans mon blog, car j’avais une vue plus précise sur son parcours de vie et la connaissance d’anecdotes que j’ignorais auparavant.
  • a contrario, cela a mis le doigt sur des périodes de la vie d’une personne pour lesquelles je manquais d’informations. Cela suscite donc aussi des recherches complémentaires allant dans le sens d’une meilleure connaissance de nos ancêtres
  • ce travail permet aussi de s’interroger sur ce que sont les “archives familiales” au sens large et de faire un brainstorming sur ce que nous possédons qui pourraient entrer dans cette catégorie. Des objets ? des collections (cf article dédié à ce sujet) ? des courriers ? d’autres documents ? Je pense notamment à mon père qui à la manière du professeur Tournesol griffonnait des idées de machines et de dispositifs à réaliser. Au départ, je n’avais pas pensé à intégrer ces croquis dans les archives familiales, mais en fait si ! car cela fait partie intégrante des archives : c’est lui qui en est l’auteur et cela est bien une trace de son activité ici-bas et/ou de son caractère.

Tout cela pour dire que l’inventaire est adapté également aux archives familiales. Et peu importe qu’on en ait beaucoup ou très peu. Les avantages cités ci-dessus restent les mêmes.

D’un point de vue pratique, j’ai utilisé Excel car cela permet à terme de croiser les données, une fonction que je trouve toujours très intéressante. Ha les fameux TCD (tableaux croisés dynamiques) d’Excel, je suis vraiment fan ! Les champs que je renseigne sont : NOM, Prénom, N (pour naissance) année lieu, D (pour décès) année lieu, année d’édition, Description, Délivré par, Lieu d’édition, date exacte (si elle existe), Compléments d’information. J’ai aussi prévu les champs Numéro de rubrique et catégorie (classification), ainsi que la cote du document (identifiant unique), mais pour l’instant, je ne les renseigne pas. Cela sera fait dans un 2ème temps, lorsque j’aurais une liste définitive (après destruction de certains documents, donc).

Archives familiales : un trésor pour l’Histoire

Photos, objets, lettres soigneusement choisies… Les archives familiales « ordinaires » en disent long sur l’histoire individuelle et collective. Elles sont une richesse pour les historiennes et historiens qui les étudient comme la Rennaise Caroline Muller.

Cette historienne, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université Rennes 2 a fait de nos souvenirs personnels son thème de prédilection. Elle s’intéresse à l’Histoire du genre, de l’intime et donc aux archives familiales. Caroline Muller étudie le lien entre l’Histoire et le numérique.

Elle raconte sa démarche au micro de Virginie Enee et vous allez l’entendre ce projet de recherches est inspiré de son histoire personnelle.

https://podcasts.ouest-france.fr/broadcast/28499-Archives-familiales-un-tr%C3%A9sor-pour-l-Histoire

Page de Caroline Muller : https://perso.univ-rennes2.fr/caroline.muller

Les collections, archives familiales ou pas ?

Notre maman étant une cuisinière talentueuse (elle a été professeur, puis directrice d’une école d’arts ménagers), j’ai hérité de l’ensemble de sa collection de fiches de recettes Elle. Pour les avoir toutes triées et manipulées, je sais à présent que cela constituait pas moins de 6000 fiches, ou, si on compte en mètre linéaire, plus d’1 ML… En principe destinées à la benne après le tri que nous avions effectué avec ma soeur en 2014, je les avais conservées contre vents et marées, pensant qu’elles participaient de la mémoire familiale. La formation que je viens de terminer (voir mon précédent billet) m’a convaincue du contraire : nous avons toute légitimité à éliminer les collections de nos proches disparus car elles ne font pas partie des archives familiales proprement dites. Elles ne sont pas une preuve de l’activité et de l’histoire des membres de notre famille.

Par exemple, la collection de bandes dessinées de votre grand-oncle ne constitue pas un document sur une activité familiale (bien que nous puissions en déduire que ce grand-oncle a lu des bandes dessinées). De même la collection de cartes de cigarettes de votre mère n’est pas une preuve et ne nous dit rien sauf, éventuellement, qu’elle a fumé. (extrait du cours ICA sur les archives familiales

Pour autant, il me semble important d’extraire des informations de ces collections avant élimination, comme par exemple : les prendre en photos dans leur conditionnement d’origine, documenter leur existence et le sort qu’ont leur a réservé in fine. Car si ces collections ne font pas partie des archives, elles reflètent bel et bien la personnalité de la personne qui les a constituées. En l’occurrence, voilà le type d’informations que je retiens de l’opération de tri que je viens de mener :

  • environ 6000 fiches de recettes du magazine Elle, soit 1,20 mètres linéaires. Dates extrêmes (estimation) : 1959-2009, soit 50 années d’abonnement. S’agissant d’un hebdomadaire, cela représente environ 2600 numéros. On peut imaginer que toutes les recettes n’ont pas été gardées car cela représenterait alors plus de 10’000 fiches recettes
  • De ces 6000 fiches, j’en ai conservé environ 300 pour mon usage personnel, principalement parmi les anciennes qui contenaient des recettes classiques (pot-au-feu, waterzoi, cassoulet, etc.)
  • En manipulant ces fiches, je me suis rappelée que chacun des enfants avaient, à titre individuel et volontaire, participé au classement de ces fiches par catégories (ex. veau, boeuf, poulet, etc. pour les viandes) et à leur conditionnement dans des pochettes en plastique.

Voici quelques photos de l’ensemble

AVANT : Recettes ELLE dans un porte-fiche en carton
AVANT Recettes ELLE dans un porte-fiche en plastique
Recettes ELLE – Vue détaillée
Recettes ELLE – Vue détaillée Codes couleurs
Recettes ELLE – Classement par catégories
APRES : 5500 fiches recettes ELLE prêtes à partir chez Emmaüs

Je vais réunir ces informations (description, données chiffrées et photos) dans une fiche descriptive qui trouvera sa place au milieu des archives personnelles de notre maman, non comme preuve de son histoire, mais comme trace de sa personnalité.

Ressources sur la généalogie

Trouvé cette mine d’informations, certes pas très actuelle, mais qui peut être un bon point de départ pour le volet généalogie de ma recherche : Recensement systématique des références sur les pratiques de la généalogie

Voir notamment le plan de classement et les liens établis avec le métier d’archiviste

les explications sur l’origine du projet se trouvent ici : http://enfance-jeunesse.fr/action/cybergenealogie-et-filiation/

Faire et défaire c’est toujours travailler (1)

Voilà ce que disait ma grand-mère maternelle quand il s’agissait de détricoter ce qu’elle venait de tricoter… Et de fait, c’est toujours travailler, avec en plus la perspective d’une satisfaction personnelle accrue, puisque quand on défait, c’est en principe pour refaire, mais en mieux !

C’est dans cet esprit, et sur la base des nombreuses évidences qui se sont imposées à moi pendant que je faisais mon étude de marché que j’ai repris le classement des photos et des archives familiales que j’avais mis de côté ces dernières années. Je me suis notamment fixé un programme ambitieux qui devrait m’amener d’ici une ou deux années à passer de cette situation…

Avant

à celle-ci…

Après

J’aimerais surtout faire des expérimentations dans le domaine de la gestion et de la valorisation des archives familiales car à mon sens il y a encore beaucoup de choses à explorer, notamment en m’appuyant sur les techniques documentaires et archivistiques professionnelles (que je maîtrise assez bien, puisque c’est mon métier). En effet, ça n’est pas parce qu’on a affaire à des vieux papiers sortis de derrière les fagots, ou plus sûrement d’une valise poussiéreuse, qu’ils ne méritent pas une considération et un traitement de faveur, ainsi qu’une valorisation digne de ce nom. D’ailleurs, les dépôts d’archives institutionnels ne s’y trompent pas, qui commencent eux-mêmes à faire part de leur intérêt pour les archives détenues par les particuliers. Les archives de Rennes ont ainsi édité un petit guide intitulé « Votre histoire nous intéresse : les archives privées ont de la valeur ! » (document téléchargeable gratuitement sur leur site web). De même, les Archives Nationales du Monde du Travail invitent tout un chacun à leur confier des archives privées d’intérêt historique pour les rendre disponibles auprès des chercheurs. C’est dire combien on a tendance à minimiser la richesse de ces fonds ! Mais avant de penser à s’en séparer et à les confier à autrui (ce qui peut être une option tout à fait acceptable), il convient, dans la mesure du possible, de faire un travail d’inventaire, de nommage et de classification, ne serait-ce que pour identifier les archives pouvant faire l’objet d’un don (ou d’un prêt pour numérisation) aux archives institutionnelles. Pour autant, mon cheval de bataille est et reste dans un premier temps la mise en valeur de ces archives et photos au sein de ma propre famille.

Quelle est donc la situation aujourd’hui et comment est-ce que je souhaite la faire évoluer ? voilà ce à quoi je vais m’attacher à répondre dans les deux prochains articles, où il sera question des photos et des papiers de famille.

Questionnaire sur la mémoire familiale – Résultats

En 2019-2020, j’ai suivi une formation à distance en histoire des familles et généalogie dispensée par l’Université de Nïmes. Puis en 2021, j’ai enchaîné avec le D.U. Installation du généalogiste professionnel. Dans ce cadre, j’ai été amenée à travailler sur un projet personnel . Mon idée est de créer une activité autour de la mémoire familiale (et de sa transmission) qui selon mon analyse repose sur 3 piliers : la généalogie, le récit de vie et les archives familiales. Pour finaliser mon étude de marché, j’ai lancé un questionnaire que j’ai soumis à mes contacts. En 2 semaines, j’ai reçu 156 réponses, ce qui était déjà un très bon score ! Mais plus encore : les retours étaient très intéressants et m’ont permis d’étayer de manière tout à fait pertinente ma réflexion sur le sujet. Le questionnaire étant à présent clos, je vous propose ci-dessous une petite synthèse des résultats…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search