Valorisation d’archives de gens ordinaires en Suisse

Sur la problématique de la valorisation des archives privées et familiales, un mémoire a été rédigé par Ludivine Pasche dans le cadre de son master à la Haute école de Genève. Il s’intitule Valorisation d’archives de gens ordinaires : les cas des Archives de la vie privée à Genève et des Archives de la vie ordinaire à Neuchâtel. En voici le résumé :

A partir des années1960 et la naissance du courant historiographie de la microhistoire, les historien.ne.s s’intéressent à la vie des gens ordinaires et aux autres figures jusqu’à présent absentes de l’histoire. Les archives privées et en particulier les archives de gens ordinaires sont désormais vues comme indispensables et complémentaires à l’histoire officielle. De nombreuses associations d’archives récoltant de tels documents sont créées partout en Europe dans le but de documenter l’histoire. La Suisse connaît elle aussi cette floraison, avec notamment la création des Archives de la vie privée en 1994 à Genève et les Archives de la vie ordinaire en 2003 à Neuchâtel. Cependant, ces organismes manquent souvent de visibilité. Ainsi, ce travail explore les moyens de valorisation d’archives de gens ordinaires et des organismes les préservant en Suisse. A cette fin, nous définissons d’abord les concepts inhérents à ce travail et nous dressons le contexte historiographique, législatif et archivistique des archives de gens ordinaires. Nous sélectionnons ensuite deux organismes suisses préservant des archives de gens ordinaires et nous identifions un besoin commun en matière de valorisation. Les associations des Archives de la vie privées à Genève et des Archives de la vie ordinaire à Neuchâtel sont choisies, puisqu’elles semblent être les seules dont la mission est explicitement la préservation des archives des gens ordinaires. Le besoin commun identifié est d’améliorer la valorisation des archives ou de leur organisme auprès des chercheur.e.s sur le plan numérique. Sur la base de ce constat, nous proposons des pistes de réflexion pour tenter de remédier à ce besoin, à partir d’observations de pratiques existantes dans des organismes fonctionnant de manière similaire. Nous orientons nos recherches selon deux axes d’analyse. Le premier se consacre à l’augmentation de la visibilité de l’organisme auprès des chercheur.e.s, et explore l’utilisation du référencement sur des sites web d’institutions patrimoniales, la présence dans Wikipédia et la participation à des réseaux.Le second axe se porte sur l’augmentation de la visibilité des fonds auprès des chercheurs, et étudie les moyens employés pour donner accès aux fonds et tenir au courant de l’acquisition et du traitement de nouveaux fonds. Des pistes d’amélioration sont proposées de manière individuelle aux AVP et aux AVO et une manière de collaborer autour de ce besoin commun est suggérée.

Lien vers le mémoire : https://sonar.ch/hesso/documents/315034

Inventorier les archives familiales

Depuis quelques mois, je me suis mise à inventorier l’ensemble des archives familiales “historiques” que je possède. Jusqu’à présent, je les avais identifiées, regroupées et classées par thématique, mais sans les recenser dans un tableau, car je n’en voyais pas l’intérêt. J’ai changé d’avis après avoir suivi le cours de l’ICA. Et le fait que j’occupe à présent un poste d’archiviste a conforté la chose. Pourquoi, quand il s’agit d’archives familiales, on n’appliquerait pas les méthodes éprouvées depuis fort longtemps dans le domaine archivistique ? L’inventaire -précis et détaillé- fait en effet partie d’un des fondamentaux du métier. En effectuant ce travail qui, je l’avoue, est très fastidieux et chronophage, j’ai découvert beaucoup d’avantages :

  • cela pousse à prendre en main chaque document, un à un, à les lire, à comprendre leur fonction d’un point de vue historique, à les dater, etc. Chose que je n’avais pas faite auparavant. Les documents étaient certes classés par individu, puis par thématique (papiers d’identité, de santé, du travail, etc.), mais sans plus. Je n’avais pas une connaissance aussi précise de chacun d’entre eux.
  • quand l’inventaire est fait, on dispose d’une liste formatée qui peut être parcourue beaucoup plus facilement et rapidement que des documents dans des sous-dossiers et dossiers. C’est notamment très utile pour la recherche.
  • même si pour l’instant, je n’ai supprimé que très peu d’archives, je sais que grâce à cette liste la décision liée à une destruction sera beaucoup plus facile à prendre car j’aurai sous les yeux la globalité des archives et je pourrai détecter les doublons et les redondances
  • au cours de l’inventaire, j’ai pu enrichir des données généalogiques et/ou des informations sur des parcours de vie qui me manquaient. Dans le même sens, la fin d’un inventaire pour une personne a souvent suscité la rédaction d’un article sur cette même personne dans mon blog, car j’avais une vue plus précise sur son parcours de vie et la connaissance d’anecdotes que j’ignorais auparavant.
  • a contrario, cela a mis le doigt sur des périodes de la vie d’une personne pour lesquelles je manquais d’informations. Cela suscite donc aussi des recherches complémentaires allant dans le sens d’une meilleure connaissance de nos ancêtres
  • ce travail permet aussi de s’interroger sur ce que sont les “archives familiales” au sens large et de faire un brainstorming sur ce que nous possédons qui pourraient entrer dans cette catégorie. Des objets ? des collections (cf article dédié à ce sujet) ? des courriers ? d’autres documents ? Je pense notamment à mon père qui à la manière du professeur Tournesol griffonnait des idées de machines et de dispositifs à réaliser. Au départ, je n’avais pas pensé à intégrer ces croquis dans les archives familiales, mais en fait si ! car cela fait partie intégrante des archives : c’est lui qui en est l’auteur et cela est bien une trace de son activité ici-bas et/ou de son caractère.

Tout cela pour dire que l’inventaire est adapté également aux archives familiales. Et peu importe qu’on en ait beaucoup ou très peu. Les avantages cités ci-dessus restent les mêmes.

D’un point de vue pratique, j’ai utilisé Excel car cela permet à terme de croiser les données, une fonction que je trouve toujours très intéressante. Ha les fameux TCD (tableaux croisés dynamiques) d’Excel, je suis vraiment fan ! Les champs que je renseigne sont : NOM, Prénom, N (pour naissance) année lieu, D (pour décès) année lieu, année d’édition, Description, Délivré par, Lieu d’édition, date exacte (si elle existe), Compléments d’information. J’ai aussi prévu les champs Numéro de rubrique et catégorie (classification), ainsi que la cote du document (identifiant unique), mais pour l’instant, je ne les renseigne pas. Cela sera fait dans un 2ème temps, lorsque j’aurais une liste définitive (après destruction de certains documents, donc).

Archives, bibliothèque, documentation : quelles différences ?

Dans le cadre de mon projet sur la mémoire familiale, et aussi parce qu’après avoir été documentaliste, puis bibliothécaire, je vais prochainement devenir archiviste, il m’a semblé pertinent d’étudier les différences (et convergences) entre les différents domaines.

Voici l’état de mes réflexions sous forme de tableau, sachant que celui-ci est évolutif. Autrement dit : j’éprouverai peut être le besoin de rectifier ou rajouter des éléments au fur et à mesure

Les sources utilisées pour faire ce tableau sont les suivantes :

BURGY F.(2000). Archives, bibliothèques, documentation … convergences et questions d’identité in ARBIDO / Verein Schweizerischer Archivarinnen und Archivare; Bibliothek Information Schweiz . Band 15. Heft 6 – https://dx.doi.org/10.5169/seals-768956

CHABIN, M-A. (2012). L’opposition millénaire archives/bibliothèques a-t-elle toujours un sens à l’ère du numérique ? in Bulletin des bibliothèques de France (BBF), n° 5, p. 26-30. – En ligne : https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2012-05-0026-006

Ressources sur la généalogie

Trouvé cette mine d’informations, certes pas très actuelle, mais qui peut être un bon point de départ pour le volet généalogie de ma recherche : Recensement systématique des références sur les pratiques de la généalogie

Voir notamment le plan de classement et les liens établis avec le métier d’archiviste

les explications sur l’origine du projet se trouvent ici : http://enfance-jeunesse.fr/action/cybergenealogie-et-filiation/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search